Stiller

De l’étain a été mis en fusion et projeté sur une plaque mise en vibration par des haut parleurs transmettant des récits de voyages. Les ondes sonores ont troublé la surface miroir du métal liquide. Elles l’ont repoussé, l’ont défait, l’ont éparpillé, l’ont gonflé. Torsions, étirements, expansions en tous sens. Des formes toujours uniques ont été figées dans la matière au moment de son refroidissement.

Les voix ont été moulées dans l’étain. Les empreintes ainsi produites sont des « instantanés » d’un flux de parole.

L’ensemble des empreintes forme sur la surface blanche un relevé topographique des lieux racontés, une carte miroitante.